Posté sur : 29 Nov 2018

 

Engagée dans l’atteinte des objectifs des 90-90-90 d’ONUSIDA (90% des patients connaissent leur statut sérologique, 90% de ces patients dépistés VIH positifs sont mis sous traitements ARVs et 90% de ces patients ont une charge virale indétectable) depuis 2014, la Guinée s’est dotée ce 23 novembre 2018 du dernier instrument nécessaire pour piloter l’atteinte du troisième 90 : la Stratégie Nationale pour la mise à l’échelle du test de charge virale 2019-2022.

 

En effet, le pays disposait déjà d’un plan national pour le dépistage (premier 90), d’un plan stratégique sur la prise en charge des PvVIH et d’un document de normes et procédures pour la prise en charge des PvVIH basé sur le principe de dépister et de mettre sous traitement – test and treat (second 90). En 2017, et  dans le cadre de la subvention du Fond Mondial, Solthis, en tant que sous récipiendaire de la subvention, avait déjà produit un document de normes et procédures pour les examens de charge virale en Guinée. La dernière pierre pour la définition du cadre opérationnel d’atteinte du troisième 90 a été posée à travers la validation de la stratégie nationale pour la mise à l’échelle du test de charge virale 2019-2022, avec l’appui de Solthis / équipe OPP-ERA Guinée.

 

 

Comme l’a déclaré le Coordonnateur national adjoint du Programme National de Lutte contre Sida et les Hépatites (PNLSH) du Ministère de la Santé guinéen à l’ouverture de l’atelier de validation :

La Stratégie sur la charge virale était très attendue par le pays et nous remercions Solthis pour cet important appui dans la rédaction de cette stratégie. La dernière note du Fond Mondial de septembre 2018 pointait d’ailleurs le retard du pays dans l’atteinte du troisième 90 et nous devons maintenant mettre l’accent sur des campagnes de rattrapages. Cette stratégie va nous permettre de savoir où nous allons et comment atteindre les objectifs.   

 

Cet atelier de validation a ainsi regroupé les acteurs clés de la charge virale en Guinée, au niveau national  - PNLSH, Direction nationale des laboratoires, Institut National de Santé publique, Hôpital national de Donka, Hôpital national d’Ignace Deen, représentants des associations de lutte contre le VIH (REFIG et REGAP+) – et au niveau international avec l’Organisation mondiale de la santé,  l’ONUSIDA et les ONG DREAM (Italie), Médecins Sans Frontières (Belgique), la Croix-Rouge française et bien entendu Solthis (France).

 

Succédant à deux ateliers nationaux tenus respectivement le 28 août et le 19 septembre 2018 au PNLSH et 2 mois de travaux de groupe piloté par le comité de rédaction de la charge virale initié par le Coordonnateur national du PNLSH, le Dr Youssouf KOITA) , l’atelier a permis de valider l’ensemble des propositions contenues dans la stratégie. Un plan d’action opérationnel va maintenant être développé pour la mettre en œuvre de 2019 à 2022, avec une révision annuelle de planifiée. En sus, les débats auront non seulement permis de trouver des points d’accords forts sur la mise à l’échelle du test de CV à Conakry et surtout dans les 7 autres régions de Guinée, mais aussi de renforcer la construction synergique de la réponse nationale à l’épidémie de VIH, en impliquant les décideurs, les opérateurs (laboratoires, prescripteurs) et les patients.  

 

La représentation d’ONUSIDA en Guinée, qui a coordonné le travail sur l’élaboration de la stratégie, a ainsi conclu l’atelier en insistant sur deux points :

Ce travail sur la stratégie a été laborieux mais le résultat est au-dessus des attentes. Nous savons maintenant deux choses essentielles : la Guinée possède les capacités techniques en termes de plateformes pouvant réaliser la CV pour couvrir l’ensemble de la file active actuelle et il existe une synergie forte autour du troisième 90 en Guinée et les travaux du groupe technique de CV doivent se poursuivre. Bravo à toutes et à tous.

 

Célébrant ce jeudi 29 novembre 2018 à Conakry ses 10 années d’intervention en Guinée, l’ONG Solthis ne peut qu'exprimer sa satisfaction sur la réussite de ce processus. L’élaboration de la Stratégie nationale sur la charge virale est en effet dans la droite ligne du mode d’intervention de Solthis dans les pays à ressources limités : renforcer durablement les capacités des systèmes de santé pour améliorer la santé de tous.

Charge virale VIH Guinée